Cusco… La paradoxe du buisness Inca

26 Fév

(Février 2012)
Cusco (ou Cuzco)… Ancienne capitale Inca, située à 3250m dans les Andes est la première cité touristique du Pérou et l’une des plus importantes d’Amérique. Les incas considéraient jadis cette ville comme sacrée, « Qosqo » en Quechua signifie le nombril du monde.

La ville autrefois vénérée n’est désormais plus qu’un triste mélange de buildings, de centre commerciaux, de Mc Donald, KFC, Starbucks, et autres enseignes permettant de satisfaire le bon vouloir de touristes venus en masse… En cherchant bien et en tentant de positiver on pourrait presque trouver du charme dans le mélange architectural du vieux centre, un mélange entre vestiges incas et architecture espagnole (datant de la colonisation)… Mais bon! J’ai un peu de mal à ne pas apercevoir les grandes pancartes des firmes américaines qui me coupent dans mon élan de positivisme. Sans parler des affiches et annonces pour les gens à la recherche de rêves révélateurs et de spiritualité offertes par des businessmen/chamans ciblant clairement la clientèle en dollars…

(Construction espagnole)

(Welcome to Cusco!)

Pourquoi tant de monde se tourne vers cette ville? Le Machu Picchu!! Aujourd’hui faisant partie des 7 nouvelles merveilles du Monde, c’est le site le plus visité d’Amérique du sud (qui accueille parfois jusqu’à 2000 personnes par jour). C’est « l’incontournable » du contient! Cette citadelle fût découverte en 1911, et depuis qu’elle a été inscrite en 1983 au patrimoine mondial de l’Unesco, les gens se bousculent quotidiennement au sommet de ce qui était avant un important centre religieux et le dernier refuge des Incas pendant l’invasion des conquistadors espagnols au XVIème siècle.

Mais il y a un petit hic! Autrefois les villes étaient construites sur des éboulements, car c’était le seul moyen d’avoir des terres irriguées arables. Selon des géologues ayant étudié le site en 2001, la fameuse citadelle ainsi installée sur une terrasse artificielle ne parviendrait pas/plus à supporter l’afflux de touristes et serait sur le point de s’effondrer (en premier lieu la partie Ouest qui entraînerait à terme avec elle la partie Est. Rien ne devrait subsister si on continue ainsi). D’après ces mêmes géologues, la terre de la “montagne sacrée” (Machu Picchu en langue Quechua) s’affaisse d’environ 1 cm par mois! Mais le sujet est difficile car comment évoquer la fragilité de ce lieu lorsqu’on sait l’importance touristique qu’il possède (Une vraie poule aux œufs d’or pour le gouvernement péruvien). Ce même gouvernement a même tenté à deux reprises de faire valider un projet de funiculaire (pour amener plus de visiteurs ici, donc plus de $$$) mais il a été confronté à certains amoureux du site qui ont réussi à retarder le projet.

Lorsque j’ai évoqué ça dans l’auberge où j’étais, j’ai entendu certaines personnes me dire “justement, IL FAUT le voir avant qu’il s’effondre” sans se rendre compte que dans leur (stupide) précipitation ils participaient peut-être à leur échelle à la détérioration de ce lieu sacré… A cette vitesse un glissement de terrain de la citadelle n’est donc pas à écarter (dans un futur assez proche).
 Mais il y a quelques choses d’étrange dans cet attrait pour les ruines que j’ai du mal à saisir. Les gens se ruent sur le Machu Picchu, sur les pyramides d’Egypte etc… Beaucoup juste pour cocher ça sur la liste des choses « A faire » – La bucket List comme certains l’appellent – et pouvoir se vanter de leurs exploits au retour à la maison. D’autres sont  à la recherche d’une culture, d’un autre monde qui existait autrefois, et en tentent d’apprendre sur eux une fois le peuple mort en essayent de soutirer des informations de leurs savoirs grâce aux ruines subsistantes… Pourquoi se rend-on compte de l’importance des choses lorsqu’elles ne sont plus accessibles?

Savez-vous qu’à quelques kilomètres seulement de ce “Disneyland Peruvien” existe encore des peuples en marge de notre société? Des peuples qui souffrent, qui sont confrontés à des problèmes réels (déforestation etc), qui possèdent des savoirs ancestraux (peut être descendants des incas?).
 Avez vous déjà entendu parler par exemple des Mascho-Piro? Peu de personnes savent qu’ils existent encore des « indiens isolés » au Perou (on a retrouvé récemment un campement d’une tribu nomade à moins de 100km de Machu Picchu).

(Carte des indiens isolés du Pérou)

C’est pourquoi, même aux pieds de cette merveille je ne suis malheureusement pas allé lui rendre visite. Le site souffre à cause de l’abondance du tourisme et je ne souhaitais pas être lié à cela de près comme de loin. J’ai donc contourné l’incontournable. Bien plus que ces pierres et leurs histoires, je préfère m’intéresser aux peuples d’aujourd’hui, avec leurs craintes, leurs espérances, leurs doutes. Apprendre et tenter d’agir en leur faveur.

J’ai du mal à concevoir qu’aujourd’hui des civilisations meurent ainsi, que des peuples puissent être exilés dans leur propre pays à cause d’une conception de vie différente, pour des questions de rentabilité. Il est triste de constater que notre société envahit ainsi un monde qu’elle ne connait pas et qu’il existe encore aujourd’hui des lieux où la vie n’a aucune valeur. Des endroits où seuls les pierres et les bois précieux semblent avoir un coût… celui de la mort. Comme le dit Sylvie Brieu « ces indiens sont des populations d’une grande richesse et d’une grande fragilité. Leur fragilité est d’ailleurs inversement proportionnelle à l’agressivité du capitalisme dont ils sont victimes« .

Si quelqu’un se fait agresser devant nous dans la rue, nous avons la responsabilité, le devoir d’intervenir non? Et bien là c’est ce qu’il se passe! Des civilisations sont agressées violemment par notre société mais elles meurent dans un cri silencieux. L’indifférence de notre société est complice de ces massacres. Ces indiens ne sont pas des indiens “archéologiques”. Ils valent plus que des pierres et leurs savoirs sont actuels. Nous pouvons apprendre d’eux, de leurs visions du monde, de leurs modes de vie respectueux de la terre. Ils pourraient offrir des solutions alternatives à notre société qui doute aujourd’hui de son orientation… Ces peuples sont variés et riches! Riches de leurs langues, de leurs cultures, de leurs savoirs. Ils n’ont pas besoin d’argent, ni de possessions. Ce dont ils ont besoin, c’est de respect! Du respect pour leur mode de vie, du respect pour leur terre. Je pense qu’il est important de saisir que nous sommes des gens de la terre, tout comme ces peuples, et non pas les propriétaires de celle-ci.

« Enfant, je savais donner. J’ai perdu cette grâce en devenant civilisé. Je menais une existence naturelle, alors qu’aujourd’hui je vis de l’artificiel. Le moindre joli caillou avait de la valeur à mes yeux. Chaque arbre était un objet de respect. Aujourd’hui, j’admire avec l’homme blanc un paysage peint dont la valeur est exprimée en dollars! » – Chiyesa, écrivain indien contemporain

Si vous souhaitez en savoir plus sur les indiens isolés du Perou, je vous invite à visiter cette page. On estime aujourd’hui que les peuples autochtones regroupent environ 350 millions de personnes – soit 5% de l’humanité – et qu’ils représentent plus de 5000 langues et cultures dans plus de soixante-dix pays.

P.s : Désolé pour le long silence, après quelques jours de bus et après avoir savouré mes premiers jours en Équateur je me suis tapé une belle fièvre qui m’a cloué au lit pendant quelques jours (la dengue). Désormais de retour sur pattes, de retour sur la route! Tout va mieux, des bises de ce pays sublime qu’est l’Equateur).

Publicités

Une Réponse to “Cusco… La paradoxe du buisness Inca”

  1. Carnet de voyage 26 février 2012 à 22 h 01 min #

    Malheureusement on voit de plus en plus l’américanisation de partout dans le monde. Rien qu’en Argentine et les chutes d’Iguaçu on se croirait dans un parc d’attraction!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :