Ciao Facebook!

29 Sep

Catégorie : #News

Bonjour à tous! Juste un petit mot pour informer que j’ai fermé mon compte facebook (et donc celui de la page dédiée au projet Vies de Quetzal). Vous étiez un peu plus de 1200 à suivre cette page via ce réseau dit « social ».

3 possibilités désormais :

  1. Vous inscrire à la newsletter du blog (en haut à droite) pour être informé des nouveaux articles ;
  2. S’abonner à la newsletter du site Vies de Quetzal – www.vd-quetzal.net afin de suivre ce projet photographique dédié aux voix minoritaires ;
  3. Vous abonner à la newsletter de mon site internet www.clement-burelle.com si vous désirez recevoir mon actualité tous les 2/3 mois maximum (mes écrits, des photos, les projets en cours etc).

Ceci n’est pas une critique contre Zuckerberg ni contre Facebook, mais plutôt une autocritique d’une mauvaise habitude nous nous avaons attrappé au fil des années au cours de notre présence sur le réseau social.

Comme beaucoup – argument classique – j’utilisais facebook pour rester en contact avec mes proches sur la route, mais désormais les fils d’actualités sont remplis, trop de pubs, trop de «bruit», la chasse aux selfy et à l’égo, sans parler de la perte de temps, des effets psychologiques pervers (voyeurisme?). Derrière cela se cache certainement une  nouvelle forme de narcissisme qui a fait son apparition depuis le développement mondial de Facebook et des réseaux.

De plus, les changements de politiques toujours plus malsains de la boite désormais cotée en bourse nous enferment à petit feu.
 Pour résumer : tu te casses la tête à faire de la promotion pour une page durant quelques années afin de faire tourner le projet, partager, que des gens fassent tourner les infos et BIM! Sans préavis Facebook décide un jour que seul un cinquième de ces abonnés pourra voir les mises à jour que vous postez. C’est embêtant mais heureusement, en payant, tout s’arrange. En gros si vous voulez touchez les 80-85% restant de vos abonnés, il est conseillé de « promouvoir » (=payer de la publicité) vos mises à jour, et ainsi vous pourrez de nouveau être visible (temporairement) auprès de vos abonnés. (Quel luxe!)

Quand on prend le temps d’y penser, on publie des choses sur ces sites comme pour se donner de la crédibilité, accumuler les “j’aime” toujours flatteur pour l’égo et plus vraiment pour partager, informer.

+Du coup pour suivre ce blog vous pouvez directement vous abonner via la case dédiée en haut à droite. +et si les projets du collectif Vies de Quetzal vous intéressent, via la newsletter sur www.vd-quetzal.net
+et de manière plus générale, pour suivre mes voyages, photos, écrits et projets en cours idem sur www.clement-burelle.com.

Bien sur les réseaux sociaux sont utiles (s’ils ne sont pas filtrés) mais n’oublions jamais leurs limites et leurs censures nous donnant paradoxalement des illusions de liberté (s’ouvrir au monde quand on se renferme souvent sur soi-même). C’est un peu comme si nous utilisions un mégaphone sans batterie. Ca nous donne la sensation de crier au monde nos convictions, mais au final, seul nos proches nous écoutent.

Je préfère – sur le web – me focaliser sur un site riche en informations (tester d’autres réseaux peut-être…) et partager des informations via une newsletter afin d’être aussi plus proche de ceux qui suivent réellement les informations, tisser des relations dans la durée et construire ENSEMBLE d’autres projets de manière concrète et pérenne.

Site Clement Burellewww.clement-burelle.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :