Tag Archives: frontiere

Liberté fortifiée

19 Avr

IMG_3304« Mes yeux ont vu ce qu’aucun Homme ne devrait voir » – Cheikh Diop, capitaine de patera © Sénégal 2014

Après avoir eu la chance de voyager comme je l’entendais durant un peu plus de 5 ans, je m’intéresse depuis plusieurs mois à ceux n’ayant pas cette liberté…
Plus précisément à la situation de l’immigration entre Afrique et Europe par le biais d’une réalisation (sur laquelle je travaille actuellement) nommée Escales clandestines (vous en saurez bientôt plus).

Un texte un peu particulier donc, bien qu’il s’agisse d’un sacré morceau de voyage, il est le reflet d’une injustice propre à notre société. Sorte de coup gueule désirant inviter à s’informer de manière plus profonde sur l’immigration. Car depuis quelques jours, suite aux derniers évènements en Italie*1, on se retrouve à nouveau avec un flot d’images chocs liées à une « invasion » de migrants venant « en masse » sur les côtés européennes. Lire la suite

Publicités

Lettre à Issouf

6 Déc

Catégorie : #Sur la route

Cap-Manuel (Sénégal – 2014)

Issouf, ce soir je pense à toi mon ami.
Tu as vécu sur la grève, les yeux dans tes songes, à écouter le vague à l’âme que les vents sont capables de soulever.

 Tu te considérais comme un échoué dans l’estuaire, jusqu’au jour où ton pote t’as convaincu :
“Vas-y viens, on va prendre la mer”.

Alors vos mains d’hommes courageux ont rafistolé une patera, ces rafiots en bois piochant l’évasion à la manière d’un bagnard et venant mourir comme les vagues de la plage sur les côtes européennes. Lire la suite

Arrivée en Bolivie!

24 Déc

(Décembre 2011)

Saluti tout le monde!

Donc après être arrivé en Bolivie, j’ai fait un rapide crochet par l’Argentine, avant de retrouver deux amis ici au Chili à San Pedro de Atacama (Yoann et Elise qui se tapent un tour du monde durant 6 mois).

A mon arrivée à Santa Cruz de la Sierra (Bolivie) la compagnie aérienne ne me livre pas mon sac en me disant que ce bagage n’existe pas « euh… » Après 2 jours, une nuit devant l’aéroport et quelques heures à faire des paperasses, je finirai par le retrouver en insistant pas mal auprès de la douane. Mais grâce à cette première emmerde cela m’aura permis de faire mes premières rencontres et de me mettre dans le bain direct. Deux serveuses de l’aéroport ont eu pitié de moi et m’ont déposé en ville, une jeune vendeuse du marché aura bien voulu partager un peu de son quotidien avec moi le temps d’un après midi, et un petit vieux sur la place principale (animée de jour comme de nuit) se sera régalé à me mettre ma rouste aux échecs. En plus de ça, je me suis même fait bénir par une mamie devant une église qui m’a prise par la main pour me souhaiter bon voyage.
Au passage qu’est ce qu’il y a dans ce sac? Des cadeaux pour Dame Elise et tata Yoyo, le matos photo, pas mal de livres dont : Une année avec Gandhi, Tristes tropiques, L’homme qui voulait être heureux, Fous de l’Inde, quand s’élèvent nos voix, Plaidoyer du bonheur,  et du André compte sponville. Entre cette bibliothèque itinérante je suis parvenu à glisser quelques vêtements malgré tout… Lire la suite