Tag Archives: récit

Liberté fortifiée

19 Avr

IMG_3304« Mes yeux ont vu ce qu’aucun Homme ne devrait voir » – Cheikh Diop, capitaine de patera © Sénégal 2014

Après avoir eu la chance de voyager comme je l’entendais durant un peu plus de 5 ans, je m’intéresse depuis plusieurs mois à ceux n’ayant pas cette liberté…
Plus précisément à la situation de l’immigration entre Afrique et Europe par le biais d’une réalisation (sur laquelle je travaille actuellement) nommée Escales clandestines (vous en saurez bientôt plus).

Un texte un peu particulier donc, bien qu’il s’agisse d’un sacré morceau de voyage, il est le reflet d’une injustice propre à notre société. Sorte de coup gueule désirant inviter à s’informer de manière plus profonde sur l’immigration. Car depuis quelques jours, suite aux derniers évènements en Italie*1, on se retrouve à nouveau avec un flot d’images chocs liées à une « invasion » de migrants venant « en masse » sur les côtés européennes. Lire la suite

Publicités

#Face à toi – Introduction

13 Avr

Catégorie : Face à toi / News

Arrivée d’une nouvelle catégorie sur le blog en parallèle du site : Face à toi.

J’aime à croire que si notre enfance représente nos racines,  les rencontres faites durant notre vie sont les gouttes qui nous font grandir. Ces quelques lignes sont dédiées à ces personnes croisées aux rumeurs du ressac qui ont fait naitre en moi une sorte de « mosaïque de sentiments« . Lire la suite

L’amour du voyage, un voyage appelé amour

28 Oct

Catégorie : #Sur la route

L'amour du voyage

Bonjour à tous!

Comme vous l’avez constaté, ces derniers temps j’essaie de rattraper un peu le retard accumulé durant ces dernier mois.
Depuis mai 2014 j’ai la chance d’écrire des chroniques sur la philosophie du voyage (aux côtés de mon frère de route Julien Masson). Celles-ci sont publiées sur la plateforme culturelle « de partage autour du voyage » de La croisée des routes (présidée par l’écrivain et anthropologue Franck Michel).

En août dernier j’écrivais un texte sur l’amour du voyage, et/ou le voyage que peut représenter l’amour.
L’envie de penser ma relation au voyage et faire le parallèle avec l’amour (qui est un voyage à lui tout seul). L’importance d’apprendre à se connaitre pour mieux s’offrir.
Bien des langues expriment leur amour par la possession : “Te quiero” en espagnol “je te veux” ; en roumain “te iubesc” qui signifie “j’ai mal de toi”, ou encore “wenmout alik” en arabe “je pourrai mourir pour tes yeux”.

Si vous désirez lire ce texte, merci de cliquer ici.

Ci-dessous quelques extraits :

[…] « Après trop d’années à avoir eu les ailes recroquevillées sur nous-mêmes dans une relation sans nom, les premiers pas sur le trimard se font fébriles et timides. Un peu comme un premier baiser, les lèvres tremblent. » […]

[…] « On se nourrit alors de ces journées de marche à errer sans but, à apprendre de sa solitude, sans cadre, sans feu ni lieu, sans foi ni loi. La houle nous emporte loin de nos amours vagues et notre cœur pulse au rythme de nos pas. Nous parvenons alors à murmurer à cette nouvelle muse nos émotions. Timide, on s’invite sur son corps pour mieux écrire nos journées. » […]

[…] « La route permet d’apprendre à réhabiter ce vide quand notre société nous force à le combler par l’illusion et un trop-plein d’ego. Et c’est ainsi que l’on parviendra à être capable d’aimer les choses / les gens / la vie pour ce qu’ils sont, en cessant de les utiliser comme un masque, pour ce qu’ils donnent à voir. Car l’amour, le vrai, c’est s’abandonner à l’autre, se dévoiler totalement en relâchant ses craintes.
Celui qui n’a jamais pris le temps d’être seul en son être ne pourra donc connaître la vraie compagnie. » […]

[…] « Cette errance commune avec le ciel nous laisse légers, elle permet d’apprendre à naviguer en nous de manière immobile. Être libre intérieurement, pour ne plus dépendre du voyage « physique » pour respirer. » […]

[…] « Les coeurs s’ouvrent aux songes pour mieux se voir la nuit. On découvre alors ce sentiment qui vous bouscule lorsque l’une d’elles jette ses yeux dans les vôtres ; qu’elle persiste à vous regarder malgré vos blessures, qu’elle vous fouille l’âme pour partager ses sentiments. Désormais sincère, le coeur devient alors si puissant lorsqu’il se relie au creux d’une main. » […]

Pour lire la suite de ce texte, rendez-vous sur la Croisée des routes.

Mosaïque de sentiments (Cap-Vert)

27 Oct

Catégorie : #Vies deQuetzal

Lors d’un voyage au Cap-Vert (juin/juillet 2014), j’ai rapidement été touché par l’identité propre à chaque île. Parfois à peine séparées de quelques miles marins, chacune d’elles est le reflet d’un passé et de ses rencontres (parfois subies).

Certaines vous conteront les colonies portugaises, l’influence de l’Angola, de la Guinée, du Sénégal ; les ravitaillements pirates dans les salières, pendant que d’autres commerçaient auprès des baleiniers et voguaient vers ce que l’on appelle encore la Nouvelle Angleterre (côte Est des Etats-Unis). Lire la suite

Face à face en Equateur

12 Mar

(Mars 2012)
L’Équateur. Je ne connaissais rien de ce pays avant de le croiser (sur mon chemin pour rejoindre la Colombie). Au final ce fut une belle surprise et c’est pourquoi j’ai décidé d’en profiter durant quelques semaines! Des maisons colorées, des petits vieux qui passent la journée adossés à un mur. Des femmes aux formes généreuses qui marchent avec une nonchalance délicieuse, les échos des rires de gamins qui raisonnent dans les quartiers historiques. Des plantations de cannes à sucre qui s’alternent avec des bananiers… Lire la suite

Pourquoi voyager?

23 Nov

Photo réalisée aux USA (Atlanta)  en 2010 – © Clément Burelle

(Novembre 2011)
Pourquoi voyager? Quel est l’intérêt? Pourquoi ne pas se contenter d’un circuit tracé, de son hôtel, d’un confort qu’on transporte avec nous? Pourquoi même quitter son confort au final!? On m’a souvent posé la question, vous trouverez ici une partie de la réponse peut-être.

Avez-vous déjà remarqué, la vie rend triste, trop… sérieux!
Donner une feuille blanche à un adulte et demandez lui de dessiner, il vous répondra qu’il ne sait pas dessiner. Lire la suite

Panama : automne 2010

20 Sep

Tout comme le billet concernant la Papouasie, je vais laisser ce récit tel que je l’avais écrit durant le voyage. J’étais parti au Panama en novembre 2010 pour 5 semaines, la suite ici :

1iere partie

« Saluti! Donc comme promis pour tenir un peu au courant

Je suis arrivé Mardi dernier au Panama je devais retrouver des amis le jour même sur Bocas Del Toro (coin paradisiaque du Panama, un mélange entre Cuba et ses cigares, la Jamaique et ses danses et la République Dominicaine et ses eaux turquoises). Au final je fais un peu ma vie en solo, j’ai squatté dans une auberge vraiment sympa, et de temps en temps je croise mes collègues.
Dans l’auberge belle ambiance, pleins de destins qui se croisent, des gens qui ont tout plaqué et pris leur baluchon et tournent en prenant leurs temps, d’autres cherchent juste du soleil et des vacances, alors que certains reviennent d’Irak et cherchent à se reconvertir dans quelques choses de plus… « humains », bref pleins de chemins, intéressant à écouter, à comparer. Lire la suite

Papouasie Nouvelle Guinée (2009)

20 Sep

Ci-dessous vous trouverez le récit de mon voyage en Papouasie Nouvelle Guinée datant de 2009. A l’époque la Papouasie avait un peu moins de succès que maintenant, je m’étais tourné vers elle après être tombé sur un reportage de Eric Lafforgue.

Malgré le côté un peu… « familier » de ce récit je n’ai pas souhaité corriger ce que j’avais écrit (sur ce premier voyage que j’effectuais en solo) dans l’avion du retour pendant que les souvenirs étaient encore chauds.

2 ans après, en 2011, un festival de voyage (le Grand Bivouac) m’a contacté afin que je réalise une présentation de ce voyage (vidéo+diapo photos) vous pouvez retrouver cette présentation –>ici <–

Fin septembre 2009 :

« Après 3 jours d’avion et la tête fracasse par le trajet j’arrive à l’aéroport de Port Moresby (Capitale de Papouasie Nouvelle Guinée) dans la matinée. Je pense rester à POM une journée avant de prendre un vol intérieur pour Goroka (montagnes) le lendemain. A la Douane on me parle du Choléra qui arriverait pour la première fois en PNG, (??) on me demande de contacter l’ambassade etc, mais ces crétins n’avaient averti de rien sur leur site. Ouch… Tout content malgré tout d’être arrivé et p’tet pas encore conscient du truc je souhaite voir mes premières images de Papouasie, voir le rythme, les couleurs. Même pas fait 200m sac sur le dos que deux racailleux avancent vers moi, content d’avoir remarqué mon trépied et commencent à chercher les emmerdes. Lire la suite